<< Retour aux articles
Image

Ouverture de la Paris Blockchain Conference 2019

Tech&droit - Blockchain
Affaires - Informations professionnelles
15/04/2019
La Paris Blockchain Conference est présidée par Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, et Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique. Cet événement lance la Paris Blockchain Week qui se déroule du 15 au 19 avril et sera ponctuée de plusieurs événements à rayonnement international.
Elle réunit à Bercy, des acteurs de la blockchain : régulateurs, entrepreneurs, universitaires et experts. Trois tables rondes sont consacrées à l’impact de la blockchain sur les équilibres économiques mondiaux, le financement des entreprises et la production de biens et services innovants. 

Le ministère de l'Économie et des Finances rappelle à cette occasion que développée à partir de 2008, la blockchain est en premier lieu une technologie de stockage et de transmission d’informations. Cette technologie offre de hauts standards de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle.
Plus concrètement, la blockchain permet à ses utilisateurs - connectés en réseau - de partager des données sans intermédiaire. C'est une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. 

L’utilisation de la blockchain comporte de nombreux avantages, parmi lesquels :
la rapidité des transactions grâce au fait que la validation d’un bloc ne prend que quelques secondes à quelques minutes ;
 la sécurité du système, qui est assuré par le fait que la validation est effectuée par un ensemble d’utilisateurs différents, qui ne se connaissent pas. Cela permet de se prémunir du risque de malveillance ou de détournement, puisque les nœuds surveillent le système et se contrôlent mutuellement ;
 les gains de productivité et d’efficacité générés grâce au fait que la blockchain confie l’organisation des échanges à un protocole informatique, ce qui réduit mécaniquement les coûts de transaction ou de centralisation existant dans les systèmes traditionnels (frais financiers, frais de contrôle ou de certification, recours à des intermédiaires qui se rémunèrent pour leur service ; automatisation de certaines prestations, etc.).

La blockchain représente ainsi une innovation majeure qui est notamment utilisée dans le secteur bancaire.
En effet, historiquement, la technologie blockchain s’est développée pour soutenir des transactions réalisées via les cryptomonnaies/crypto-actifs (dont les bitcoins qui sont la forme la plus connue) et qui ont comme caractéristique principale de ne pas dépendre d’un organisme centralisateur (comme une banque centrale) et d’être internationales.

Son usage ne se limite cependant pas aux cryptomonnaies. De nombreux domaines et secteurs d’activités, marchands ou non marchands, publics ou privés, utilisent déjà la blockchain ou prévoient de le faire dans les années à venir (banque, assurance, logistique,...).
Source : Actualités du droit